Un musée de l’exil?

La presse culturelle roumaine fait état d’un projet de Musée de l’exil concocté par Herta Müller, prix Nobel de littérature en 2009. Elle aurait même interpelé la chancelière Angela Merkel à ce propos, en rappelant que d’autres Nobel de littérature allemands ont connu l’exil: Thomas Mann (1929), Hermann Hesse (1946), Nelly Sachs (1966). La dépêche rapportée par la presse n’est pas claire du tout. Pour faire un musée, il est nécessaire de désigner précisément son objet, or les exils vécus par ces quatre écrivains sont très différents dans leur forme et leur nature. Hesse a quitté l’Allemagne au début de la première guerre mondiale pour vivre assez (puis très) confortablement en Suisse. Mann, le grand bourgeois fuyant les nazis, put partager son exil entre les États-Unis et la Suisse. Nelly Sachs réfugiée en Suède pour échapper à la shoah connut jusqu’à sa mort une situation matérielle très difficile. Enfin, alors que Herta Müller  s’est exilée en Allemagne pour fuir la dictature, c’est l’Allemagne que les autres ont fui.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s