Le marathonien déchu

Journaliste sportif à Libération dès les années 70 avant de devenir grand reporter et correspondant de guerre, Jean Hatzfeld s’est aussi acquis une belle réputation d’écrivain depuis une dizaine d’années. Avec, surtout, trois forts récits sur le drame rwandais dont le dernier, La Stratégie des antilopes  (Seuil) lui valut le Médicis en 2007. Il a publié au printemps un beau roman (Où en est la nuit, Gallimard, 218 pages) pour la facture duquel il unifie son triple savoir-faire de journaliste sportif, de correspondant de guerre et de romancier. Le romancier invente une fiction autour de la conquête de la gloire suivie d’une brutale déchéance d’un coureur éthiopien qui remporte les marathons de Chicago, d’Athènes ou de Pékin. A grandes enjambées, il se hisse au firmament, devient l’idole des stades avant qu’un contrôle positif ne le renvoie dans les ténèbres d’où il avait surgi quelques années plus tôt. Le journaliste sportif relaie le romancier pour la mise en scène de la carrière, les détails piquants sur le milieu, l’ambiance pendant les courses, la concurrence entre athlètes kényans et éthiopiens… Quant au correspondant de guerre, l’Ethiopie étant en guerre depuis des décennies, il connaît par cœur les fronts face à l’Erythrée ou à la Somalie comme les villes où se réfugient les journalistes fatigués par le bruit des canons ou la poussière des tranchées.
C’est bien sûr dans une tranchée que le narrateur reconnaît Ayanleh Makeda, le marathonien déchu qu’il avait vu courir au J.O. de Pékin. Le gouvernement l’a envoyé au front pour laver la honte dont il a souillé le drapeau national. Intrigué par le triste sort de cet athlète hors norme, Frédéric laisse libre cour à son instinct de journaliste et se lance dans une enquête palpitante où le lecteur découvre que la mondialisation n’est pas un vain mot. Même pour un enfant des hauts plateaux éthiopiens.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le marathonien déchu

  1. Michel CONTAT dit :

    Comment ça se fait que je ne connaisse pas les « Incursions chez les écrivains du moi »?

    • Parce que tu vis à Paris et moi à l’autre bout de l’Europe. Et que les livres publiés en Suisse romande, comme tu le sais, ne franchissent pas facilement le Jura. Mais ce n’est que partie remise, j’espère. Content de compter parmi mes lecteurs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s