Crise

Agitation frénétique créée par l’offensive des agences de notations et des « marchés » (de nature non précisée, mais on peut les supposer financiers!) contre un certain nombre d’États. Dans Le Temps de ce matin, ce titre qui en dit long sur l’idéologie dominante: « Les marchés ne croient plus aux promesses des États ». Lisez: chefs d’États et ministres sont des menteurs, nous qui sommes dépositaires des vérités statistiques pouvons vous l’affirmer. Nous qui? Nous les princes de la finance, aigrefins et affameurs des peuples.

Ecoeuré par l’apathie complaisante des politiciens face à ces razzias, je me laisse embobiner par un titre du Monde Diplomatique (n° d’août) appelant à la démondialisation. Depuis que ce canard autrefois intelligemment tiers mondiste est devenu un repaire de staliniens franchouillards (thoréziens ou chevénementistes) prônant un national communisme antieuropéen, je ne le lis plus. Sauf quand je me laisse avoir. Le papier sur la démondialisation était nul: un plaidoyer pour l’abandon de l’euro et, juste en le suggérant, pour le retour à l’ancienne France hexagonale, souveraine et, bien sûr, respectueuse du niveau de vie de ses ouvriers. Du blabla frisant lui aussi l’escroquerie, comme le discours des marchés.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s