La guerre des tulipes

Branle-bas de combat aux frontières occidentales de la Roumanie: depuis quelques jours, les camions hollandais transportant des fleurs, bulbes ou graines sont bloqués à la frontière. Pourquoi cette ségrégation? Officiellement parce que les gabelous recherchent de dangereuses bactéries susceptibles d’infecter les cultures roumaines. En réalité parce que les Pays-Bas se sont prononcés contre l’entrée de de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen. Une décision de poids puisque Schengen ne s’ouvre qu’à l’unanimité des partenaires. Aujourd’hui la Finlande, poussée à droite par les électeurs en juin dernier, vient de rejoindre la Hollande. D’autres suivront sans doute.

Oserais-je dire qu’ils ont raison? La classe politique roumaine se vautre depuis des années dans le bourbier de la corruption sans manifester la moindre envie d’en sortir. De droite ou de gauche, du centre ou de n’importe où, elle prend les Européens pour des imbéciles, fait semblant, lorsqu’elle est demandeuse, d’engager des réformes pour en fin de compte ne rien faire du tout, sinon renforcer les  centres de corruption. Il y a quelques mois, quand il s’est agi de montrer patte blanche pour Schengen, des dizaines de douaniers ont été coffrés pour corruption aux frontières. Ils ont fait 29 jours de prison, puis ils ont retrouvés leurs prébendes et les villas qu’ils se sont construites avec les bakchichs. Les arrestations ont été surmédiatisées, mais pas la suite des opérations…

A ce jour, aucun grand corrompu de la politique n’a été condamné en dernière instance. Tous se pavanent avec élégance dans les corridors du pouvoir ou de l’opposition. N’oublions pas que la seule femme politique qui, comme ministre de la Justice, a tenté pendant un peu plus de deux ans (décembre 2004 – avril 2007) de lutter contre la corruption  a été virée comme une malpropre juste après l’entrée du pays dans l’Union européenne.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s