Trois semaines de bonheur musical à Bucarest

C’est avec le Boléro de Ravel joué par l’Orchestre National de France dirigé par Daniele Gatti que s’est achevé dimanche 25 septembre le XXe Festival Enescu de Bucarest. Précédée d’Ibéria de Debussy, cette œuvre très populaire donna une petite note espagnole à un festival plutôt tourné vers les compositeurs allemands et russes. Pour donner peut-être envie à quelques lecteurs mélomane de planifier un séjour musical à Bucarest dans deux ans, en septembre 2013, je signale quelques moments forts vécus au cours des concerts (une trentaine sur plus de cent vingt !) auxquels j’ai assisté. La palme revient sans hésitation possible à la Symphonie n°9 en ré majeur de Mahler jouée avec un tact et une précision tout à fait extraordinaires par l’Orchestre National de France, sous la baguette de Daniele Gatti. Le chef et les musiciens faisant corps comme s’ils n’étaient qu’un, l’exécution tint la salle en haleine jusqu’à la toute dernière note. Faire passer dans une salle de 4000 places le doux mais long murmure de la coda du dernier mouvement est un exploit qui laissa les auditeurs béats avant de déclencher un tonnerre enivrant d’applaudissements.

Sans surprise, tant ils sont bons et appréciés du public de l’Athénée bucarestois (600 places), Christian Zacharias et l’Orchestre de chambre de Lausanne ont recueilli d’interminables ovations avec les trois soirées consacrées à Schumann. En particulier en jouant le Concerto en la mineur op. 129 pour violoncelle et orchestre avec Antonio Meneses au violoncelle. Deux autres coups de cœur – des œuvres que je ne connaissais pas – méritent d’être signalés. Le poème symphonique Vox maris de G. Enescu proposé par le chef russe Gennady Rozhdestvensky avec les chœurs et l’orchestre philharmonique de Bucarest et le ténor Marius Vlad Budoiu. Et, dans un registre très différent, le Concerto n° 3 pour piano et orchestre en do majeur op. 26 de Serge Prokofiev (Alexei Volodin au piano) présenté par le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra sous la direction du chef russe Vasily Petrenko.

Comme tout ne peut être parfait, signalons une victime de son succès, le violoniste Vadim Repin. Dans une salle archicomble où chaque centimètre de travée ou d’escalier était occupé, quelque chose comme un millier de personnes en plus des quatre mille assises, il eut de la peine (avec l’Israel Philharmonic Orchestra dirigé par Zubin Mehta) à nous faire vibrer en jouant le Concerto en ré majeur pour violon et orchestre op. 35 de Tchaïkovski. Son talent n’est pas en cause, mais il est des instruments qui demandent une salle et une acoustique adéquate. Un peu d’intimité en somme. Une mésaventure que ne connut pas le pianiste Boris Berezovski qui, avec l’Hungarian National Philharmonic, direction Zoltan Kocsis, nous réjouit l’âme avec le Concerto n° 2 en sol majeur pour piano et orchestre de Béla Bartók.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Perso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Trois semaines de bonheur musical à Bucarest

  1. Pierre Thomas dit :

    Ici (Lausanne), l’OCL a renoué avec sa saison, Stabat Mater de Dvorak en ouverture, avec Zacharias, toujours entraînant et passionné, même dans la symphonie no 76 de Haydn, au premier concert de ce dernier dimanche matin… Et quel naturel puissant que le jeu de Boris Berezovsky, dans le même 2ème concerto pour piano de Bartok, mais avec l’OSR, cette fois, en concert d’ouverture de la saison, à Beaulieu (avec la belle 3ème Symphonie de Bruckner), le tout conduit avec un peu trop de rigidité (peut-être…) par Janowski. Mais les deux chefs ont réussi à redonner du lustre aux deux orchestres romands en quelques années: on est en «festival» chaque mois de la saison d’hiver!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s