En l’amour resplendit l’Amour

J’ai pu relire « De l’esthétique à la mystique » de Jules Monchanin (Casterman, Tournay-Paris, 1955, 123 pages) que j’ai fait venir de la Bibliothèque de Lugano qui possède et prête l’original. (Voir la note du 5 novembre)

Je comprends mon engouement de l’époque : il s’agit de notes ou d’aphorismes très concis de portée suffisamment générale pour offrir au lecteur un vaste champ de réflexion ou de rêverie. Par exemple :

Finalité de l’art

L’art, d’un bloc de matière, fait un objet expressif d’une émotion ou d’une vision. Une douleur, une joie, une pensée, instants de plénitude traversés d’éternité appellent leur forme : la matière se réalise en se transfigurant, signe de l’homme situé dans le monde. La communion humaine se crée – d’autant plus authentique qu’elle est moins cherchée – dans la médiation de l’objet lieu dd tous parce qu’il l’est de chacun singulièrement. (p.13)

Ou encore, du côté de la mystique :

S’il n’y a qu’un amour – celui de l’homme pour l’homme rejoignant celui de l’homme pour Dieu, – ce n’est qu’à travers la mort ou l’extase ou des absences purificatrices aussi amère que la mort : dislocation de l’être et dépossession qui le libèrent pour sa métamorphose. Le signe qui, avant la mort ou ses équivalents, était toujours connu, voulu en sa singularité exclusive, est transsubstantié par la mort : il n’est plus que signe. Sa substantialité égale sa pureté : le toi est transparent au Toi, et en l’amour resplendit l’Amour.(p.94)

Voilà un petit livre qui en ces temps d’extravagation religieuse mériterait d’être tiré de l’oubli. Chacun bien sûr est libre de faire ce qu’il veut de la transcendance. Mais il est certain que j’aurais été heureux de disposer de ce texte quand j’enseignais la philosophie au Collège de Genève. Surtout pour brancher des adolescents.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article a été publié dans Perso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s