Où l’on passe des vampires aux fusées (Transylvanie 5)

Si pour l’immense majorité des Suisses évoquer la Transylvanie renvoie immédiatement à Dracula, certains ne manquent pas de se référer à la Syldavie (nom inspiré par la Transylvanie et la Moldavie), ce petit pays balkanique inventé par Hergé en 1939. Mais pour les Transylvains et les Roumains en général, cette référence ne soulève qu’un grand point d’interrogation. Normal ! Les aventures de Tintin n’ont pas à l’époque franchi le rideau de fer. Les pays de l’Est ne connaissent pas Tintin.

Hergé a situé quatre albums en Syldavie. En 1939, Le sceptre d’Ottokar est directement branché sur l’actualité politique du moment : les méchants Bordures tentent un Anschluss sur la Syldavie, une de ces annexions dont furent victimes l’Autriche, la Tchéquie et l’Albanie au cours des mois précédents. Tintin parvient à déjouer le complot et sauve l’indépendance du pays. Il ne se rendra plus en Syldavie avant les années 1950 quand Hergé publie Objectif lune (1953) suivi de On a marché sur la lune (1954) puis de L’Affaire Tournesol (1956).

Je ne suis pas suffisamment versé en exégèse tintinophile pour connaître les raisons qui ont amené Hergé à faire de la Syldavie le champion de la course à l’espace et à la lune, mais j’en connais au moins une, son admiration pour un savant transylvain, Hermann Oberth, qui servit de modèle pour le professeur Tournesol. Une fois de plus, la Suisse romande et la Transylvanie se rejoignent dans la genèse d’un mythe. Tournesol, physiquement et intellectuellement inspiré par le professeur Auguste Piccard conquérant de la stratosphère et des grands fonds marins, doit tout en matière de fusées au professeur Oberth dont vous pouvez lire une biographie détaillée ici-même.

Mais – contrairement à Piccard – Oberth n’est pas très recommandable. Né dans une famille de médecins à Sibiu (alors Hermannstadt) en 1894, il est comme une grande partie des Allemands de Transylvanie victime des errements nationalistes de son temps. En tenant compte du fait qu’il avait 24 ans au moment au moment où la Roumanie – prudemment ralliée aux Alliés en août 1916 – put cueillir les fruits de cette alliance, soit la Transylvanie, la Bucovine et la Bessarabie, on peut même lui trouver une toute petite excuse. Mais pour les années 20 seulement, quand les Saxons de Transylvanie après sept siècles de domination politique partagée avec les Hongrois se retrouvent impromptu annexés à la Roumanie et gouvernés par le gouvernement de Bucarest. Faut-il préciser que Hongrois et Saxons de Transylvanie n’avaient pas au cours de leur long règne porté une considération particulière aux Roumains avec qui ils cohabitaient ? Mais par la suite, le choc amorti, il s’est agi d’un engagement nazi pur et simple. (D’ailleurs Oberth resta pronazi jusqu’à sa mort.) Hitler recruta 80000 hommes pour ses Waffen SS en Transylvanie. Des SS qui payèrent une lourde facture après la défaite. Pas Hermann Oberth.

Passionné de fusées après lecture d’un roman de Jules Verne, il publie en 1929 Des fusées dans l’espace interplanétaire, un ouvrage qui assoit sa réputation, notamment auprès du jeune Werner von Braun. Au milieu des années 30, il développe ses projets en Allemagne et se retrouve tout naturellement à Peenemünde le centre de recherche, de fabrication et de lancement de missiles (notamment les V1 et V2).A la fin de la guerre, il s’enfuit en Suisse (mais je n’en sais hélas pas plus). Il est ensuite engagé en Italie, non sans rester en contact avec Werner von Braun. En juillet 1969, il est à Cap Kennedy pour le lancement de la fusée qui enverra les premiers hommes marcher sur la lune quinze ans après Tintin.

Oberth est mort à 95 ans, le 28 décembre 1989, trois jours après Nicolae Ceauşescu. Désormais on ne compte plus en Transylvanie les rues et les écoles qui portent son nom.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Histoire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s