Eurotopics: la revue de presse qui ouvre les yeux sur l’Est et l’Ouest

Le fait est hélas trop connu: les exigences journalistiques actuelles ont limité la quantité d’informations transmises par les grands médias écrits. Dans ma jeunesse, Le Monde parlait vraiment du monde alors qu’aujourd’hui il consacre plus de place aux sujets magazines: voyages, mode, santé, préoccupations dont le citoyen (je dis bien citoyen) se fiche comme de sa première chaussette. Mais dira-t-on, pour s’informer il n’y a qu’à zapper sur internet! Pour qui n’a pas que ça à faire, il y a heureusement des revues de presse. Certaines sont très bien faites comme Eurotopics. Celle qui m’est parvenue ce matin privilégiait les réactions à l’élection du nouveau président allemand. Puis donnait diverses nouvelles dont voici quelques exemples:

Fakt – Pologne

Les abus, une arme contre l’Eglise
Dans le cadre de l’actuelle discussion sur les abus sur mineurs commis par des membres du clergé, le prêtre de Cracovie Tadeusz Isakowicz-Zaleski, dans son livre Je ne veux que la vérité, accuse l’Eglise d’être « dirigée par une mafia homosexuelle et des évêques gays ». Le livre peut avoir des conséquences très négatives pour l’Eglise, redoute le recteur du sanctuaire de Sainte-Croix, Henryk Błaszczyk, dans une tribune au journal à sensation conservateur Fakt : « Les thèses inscrites dans le livre d’Isakowicz renforcent l’aversion de beaucoup pour l’Eglise, même si la vérité a généralement un effet purificateur pour l’âme. … L’homosexualité et la pédophilie sont toujours un drame. … L’Eglise ne peut pas l’accepter. Seule une Eglise qui reconnaît qu’il existe en son sein des pêchés et des fautes peut perdurer. Elle perdure en s’occupant de ces thèmes, même s’ils sont douloureux. Je crains toutefois que ceux qui ressentent une aversion ou de la haine pour l’Eglise ne se servent de ce thème comme d’une arme. » (19.03.2012)
Glasove – Bulgarie
Borissov doit reconnaître ses fautes
Les ministres bulgares de l’Economie et de la Santé ont démissionné jeudi soir à la surprise générale. Le Premier ministre Boïko Borissov en a fait des boucs émissaires de sa propre incompétence politique, critique Yavor Dachkov dans le journal en ligne Glasove : « Toute la philosophie dirigeante de Borissov n’obéit qu’à un seul principe : ‘Tout le monde est responsable sauf moi.’ Il se comporte comme si l’Etat lui appartenait. Il fait ce qui lui plaît, sans tenir compte des lois, de quelconques règles ou de l’avis de ses ministres, qu’il traite encore moins bien que son chien Borko. Il a regroupé tous les pouvoirs entre ses mains mais attribue pourtant toujours la faute aux autres pour les échecs de son gouvernement. Il n’est même pas prêt à assumer la responsabilité de ses décisions catastrophiques en matière de personnel. … Je ne sais pas combien de temps encore les gens le tolèreront mais il est plus que temps de lui demander des comptes pour le chaos politique que lui  – et lui seul – entraîne. » (16.03.2012)

15min – Lituanie
La victoire ou la mort pour les politiques lituaniens
La crise gouvernementale se poursuit en Lituanie. La coalition gouvernementale n’est pas parvenue dimanche non plus à résoudre le litige sur les licenciements intervenus dans l’instance de lutte contre la criminalité financière (FNTT). Il ne s’agit malheureusement même plus pour les politiques d’élucider le scandale, déplore le portail d’information 15min : « Ce gouvernement a été mis en place sur la base d’une répartition sans scrupules des mandats, et le litige relatif aux postes de deux responsables de la FNTT va désormais causer sa perte. Mais si une simple dispute relative à la loyauté de deux fonctionnaires vis-à-vis de l’Etat est en mesure de déclencher une telle crise gouvernementale, que vaut donc notre Etat, et que valent donc la grande coalition, la conservatrice Union pour la patrie, et sa notion de l’Etat ? … La question de savoir qui est réellement responsable des fuites [relative à la nationalisation de la banque Snoras] n’intéressait déjà plus personne après une semaine de dispute. Elle a été remplacée par le cri de bataille ‘la victoire ou la mort’. » (19.03.2012)

Evenimentul Zilei – Roumanie
La moldavie sur la voie de l’UE
Le Parlement de la République de Moldavie a élu vendredi au poste de président le juge sans étiquette Nicolae Timofti. Après deux ans et demi, le pays dispose à nouveau d’un dirigeant élu. Le quotidien Evenimentul Zilei attend du candidat sexagénaire de l’Alliance pour l’intégration européenne qu’il honore justement le nom de la coalition gouvernementale  : « Dans un entretien avant les élections, Timofti a déclaré qu’il ferait avancer l’intégration européenne s’il était élu et qu’il soutiendrait les réformes nécessaires en ce sens, notamment dans la justice. Il a en même temps proposé une première visite officielle à Bruxelles pour souligner l’engagement européen de son pays. … Le discours du nouveau président moldave ne plaira pas à Moscou. Le Kremlin voulait pour Chișinău un président qui soutienne le maintien des troupes russes en Transnistrie et garantisse l’autonomie des séparatistes de [la capitale] Tiraspol. … D’un point de vue politique, les élections ont stabilisé la situation. D’un point de vue économique, les difficultés ne font que commencer. Chișinău compte toutefois sur l’aide de Bucarest. » (19.03.2012)

Corriere della Sera – Italie
Justice fantoche en Biélorussie
En dépit des vives protestations de l’étranger, le régime biélorusse a exécuté vendredi les deux responsables présumés des attentats du métro de Minsk. C’est la justice d’un Etat de non-droit, s’indigne le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : « C’est un système judiciaire fantoche qui prononce des verdicts sur commande dans cet archipel du goulag à trois heures de vol de Rome. … C’est la justice d’un régime qui bafoue les droits fondamentaux et garantit l’ordre social par la terreur. Un régime qui rejette la séparation des pouvoirs propre à l’Etat de droit, qui emprisonne et torture les opposants, et recourt au symbolisme cathartique de la peine de mort pour contenir les pulsions d’une société privée de liberté et réprimée. » (19.03.2012)

Il Sole 24 Ore – Italie
Paul Krugman sur les conséquences néfastes de l’austérité
Les ministres des Finances de l’UE se sont montrés indulgents vis-à-vis du déficit espagnol et ont autorisé Madrid à déclarer un déficit budgétaire de 5,3 pour cent au lieu des 4,4 pour cent initialement convenus. Le prix Nobel d’économie Paul Krugman salue l’UE pour sa décision et explique dans le journal économique Il Sole 24 Ore pourquoi l’austérité est davantage une entrave qu’une solution : « Depuis le début, je considère l’Espagne et non la Grèce comme le symbole de la crise de l’euro. Car en Espagne, la crise n’est pas liée à des bilans falsifiés. L’Espagne révèle l’inconsistance de la politique européenne. Davantage d’austérité ne sert à rien, au contraire. Quand une famille se serre la ceinture, ses membres ne cessent pas le travail. Quand un Etat en phase de dépression économique se serre la ceinture, ont détruit des emplois, ce qui entraîne des répercussions négatives sur le budget de l’Etat en raison du tarissement des recettes fiscales. Les résultats des mesures de rigueur en Europe sont le meilleur exemple de la règle macroéconomique : la moindre coupe budgétaire drastique génère sans exception un recul sensible du PIB. Arrêtons donc de serrer la ceinture, la métaphore ne fonctionne pas. » (19.03.2012)

Pour vous abonner à cette newsletter gratuite ou vous désabonner, inscrivez votre adresse e-mail sur www.eurotopics.net/fr/presseschau/newsletterabo. La revue de presse est disponible en allemand, français, anglais, espagnol ou polonais.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s