En marge: Balzac au secours de l’Eglise

Tombé hier soir sur une étrange nouvelle de Balzac intitulée Jésus-Christ en Flandre qui est un appel à sauver d’urgence une Église catholique en voie de putréfaction. Le texte est daté de février 1831 et figure dans le dixième volume de la Pléiade, pp. 311-327.

Le réquisitoire est sévère. S’adressant à l’Église symbolisée par une vieille décharnée et squelettique, le narrateur l’apostrophe : « Tu périras sans gloire parce que tu as trompé, parce que tu as manqué à tes promesses de jeune fille. Au lieu d’être un ange au front de paix et de semer la lumière et le bonheur sur ton passage, tu as été une Messaline aimant le cirque et les débauches, abusant de ton pouvoir. Tu ne peux plus redevenir vierge, il te faudrait un maître. Ton temps arrive. Tu sens déjà la mort. Tes héritiers te croient riche, ils te tueront et ne recueilleront rien. Essaie au moins de jeter tes hardes qui ne sont plus de mode, redeviens ce que tu étais jadis. Mais non ! Tu t’es suicidée ! »

C’était 131 ans avant le concile rénovateur – mais vite enterré – dont le cinquantenaire est commémoré ces jours-ci.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Perso, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s