EN MARGE A Bucarest, le nouveau gouvernement désespère l’écrivain Mircea Cărtărescu

Le 21 décembre 2012 à 21h 30, les ministres du cabinet Victor Ponta 2 ont prêté serment, sans lésiner sur les signes de croix, devant le président Băsescu et les autorités constituées, dont le patriarche Daniel. Mais, signe ô combien symbolique de cette nouvelle majorité, avant même de voter la confiance au nouveau cabinet, les députés ont refusé massivement de lever l’immunité d’un de leurs collègues accusé de trafic d’influence. Par ailleurs les négociations entre sociaux-démocrates et libéraux pour la répartition des portefeuilles ont été très tendues et la cohésion future de la coalition gouvernementale est déjà sujette à des commentaires pessimistes.

Désespéré, l’écrivain Mircea Cărtărescu a décidé de cesser sa collaboration éditoriale hebdomadaire avec le quotidien Evenimentul Zilei et ne cache pas son envie de passer le plus de temps possible à l’étranger. Selon lui, la situation politique est telle qu’elle ne mérite plus d’être commentée.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s