Par leur vote, les Italiens annoncent le décès de la démocratie formelle

Beppe Grillo le fantaisiste qui depuis des années tente de subvertir le système politique italien est arrivé à ses fins. En obtenant qu’un électeur sur quatre vote pour son Mouvement des Cinq Etoiles, il a assené à la démocratie formelle italienne un coup dont elle aura beaucoup de peine à se remettre. Pour bien saisir la portée de cette adhésion massive de 8,5 millions d’Italiens aux idées de ce barde poilu, hirsute et incongru, il faut rappeler que son programme politique est simple, direct et compréhensible par le premier con  venu : va fanculo !, soit va te faire foutre !, ou mieux, pour ne rien perdre de la saveur de la langue italienne, va te faire enculer !

Dans un pays où depuis deux ou trois décennies tout discours politique est obligatoirement transmis par la télévision, il vient de faire sa campagne électorale en renouant avec les grandes et belles places italiennes pour tenir ses meetings, les journalistes institutionnels étant systématiquement virés. Des dizaines de milliers de personnes lui ont fait fête à Turin jeudi dernier, une centaine de milliers à Rome le vendredi pour clôturer une campagne qui ressembla à une marche triomphale vers le non pouvoir, le foutre menant certes le monde depuis très longtemps, mais à condition d’être serti dans des structures adéquates, des conventions dument testées et partagées, des administrations efficaces et somme toute protectrices. Pas dans les enceintes porcines chères à l’amant de Marcela Iacub.

Que peut symboliser l’envoi de ce bataillon de députés et sénateurs grillistes dans les hauts lieux du pouvoir politique italien. Je parlerais pour paraphraser le titre d’un livre célèbre de Régis Debray (Révolution dans la révolution, Paris, 1967) d’une « non révolution dans la révolution ». A l’époque, juste avant Mai 68, Debray prônait l’éclosion de foyers révolutionnaires un peu partout, faisant écho au slogan guévariste « Créer un, deux, trois Vietnam ! » Aujourd’hui, il s’agit pour les grillistes de partir partout où c’est possible à l’assaut des institutions en criant la porte franchie « Du balai, dégagez, foutez le camp ! » Pour faire quoi ? L’avenir le dira, pas eux. Mais il y a une dimension révolutionnaire dans leur démarche : la démocratie formelle, celle qui repose sur le consensus et la concorde citoyenne est à bout de souffle. A part les opportunistes de tous genres et de tous bords qui s’accrochent au pouvoir pour des avantages très matériels, il devient impossible en ces temps d’incivisme généralisé de trouver des volontaires pour gérer la chose publique. En Italie, les politiciens vont au turbin pour les exorbitants privilèges de caste. En Europe de l’Est et du Sud, cette classe en est encore à l’accumulation primitive sans se soucier outre mesure des enjeux politiques. En Suisse, comme dans le noyau dur de l’euro, le bien public est géré par une médiocratie si honteuse (et peu sûre) de sa position qu’elle délègue ses prises de position à des staffs de communicants déconnectés de la réalité. Ce qui explique que Ueli Maurer paie des fonctionnaires pour faire croire qu’il est président. Que les agences de notations peuvent jouer avec la dette de grands Etats sans se faire taper sur les doigts. Ou que des fonctionnaires chimistes bruxellois osent (sur injonction de quels lobbies ?) relancer la folle consommation des farines animales alors que leurs collègues de l’étage inférieur courent encore après des chevaux à viander.

Bref, si Marx revenait, il n’en croirait pas ses yeux : les responsables de la conduite des Etats scient non seulement en toute bonne conscience la branche sur laquelle ils sont assis, mais traitent au marteau piqueur les soubassements même de l’Etat. Pour le plus grand plaisir non pas des disciples de Lénine, mais bien ceux de Beppe Grillo. Comme la nature ne tolère pas le vide, il faudra bien mettre quelque-chose à la place. Mais quoi ? Youpi ! Youpi!

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Par leur vote, les Italiens annoncent le décès de la démocratie formelle

  1. Florani dit :

    « A part les opportunistes de tous genres et de tous bords qui s’accrochent au pouvoir pour des avantages très matériels, il devient impossible en ces temps d’incivisme généralisé de trouver des volontaires pour gérer la chose publique. » Ou plutôt laisserait on la place à des volontaires pour la « Res Publica » ? Tous ceux qui pilotent l’économie mondiale de leurs bureaux feutrés , ceux qui ont remplacé les Etats pour s’arroger le pouvoir de réguler les économies dans leur seul intérêt ? Ceux qui servent une autre caste , celle de CEO aux émoluments mirobolants dan une dérive qui tient de la fraude économique .

  2. Bruno11 dit :

    L’amico Gérard Delaloye commenta, incredulo, il successo del movimento di Beppe Grillo, e rischia anch’egli di cadere nella trappola dell’ideologia della cosiddetta « antipolitica ». Si priva così della possibilità di capire che cosa sta realmente accadendo nella società italiana. Non capire che i contenuti del Movimewnto 5 stelle corrispondono ad una esigenza nuova di interpretare la politica, contro la casta corrotta dei politici, e interpretare come annuncio di nuovo fascismo questo movimento , mi sembra il limite della sua interpretazione . Il Movimento 5 stelle NON va a sinistra ( come da tempo del resto NON va il PD ) , ma ha poco a che fare con la destra tradizionale. Nuovo fascimo ? Guarderei al fatto che approderà ad una nuova forma di « rivoluzione conservatrice », l’unica in grado forse di modificare la forma dello Stato italiano ( rimasto quello sì molto simile alle strutture dello stato fascista ) . Credo che l’esperienza di Beppe Grillo farà scuola, nel bene e nel male. Assisteremo ad un movimento che si frantumerà in diverse correnti, proprio a causa della sua composizione eterogenea. Non è la soluzione ai mali dell’Italia, ma di certo è un indicatore preciso di una situazione nuova. Leggerlo con gli occhiali degli anni Trenta mi sembra riduttivo al massimo.
    Resta vero il fatto che ora in Italia si dovrà fare i conti con la situazione dell’economia sempre più grave: amministrare una struttura pubblica nell’attuale situazione sarà molto difficile, senza una riforma globale del sistema economico. I risultati delle elezioni italiane lasciano infatti una situazione incertissima quanto alla « governabilità ». L’accordo PD / PDL sembrerebbe inevitabile , con una « grande coalizione all’italiana » difficile ( ma non impossibile ) , e con il M5S a fare da osservatore ed arbitro. La situazione economica peggiorerà ancora nel 2013, e su questa previsione si fondano i timori di un possibile « colpo di stato » che potrebbe provenire solo dalle istituzioni. Ma quanto è stato fatto con il governo Monti ( grazie all’ex stalinista Presidente Napolitano ) non era forse già un piccolo colpo di stato ? In quale direzione avrebbe voluto andare il signor Monti europeista convinto ?

  3. Silva Togni dit :

    Tutti i discorsi che si sentono tendono a semplificare. Scoraggiante!! Mi sono trovata in Italia subito dopo la votazione, ho sentito i commenti tra la gente e tra gli amici, discussioni e molta sorpresa. Quanti amici di sinistra, persone che ho sempre stimato, che hanno sempre partecipato alla vita politica con idee chiare e nettamente a sinistra, » terzomondisti » convinti…. ti dicono con candore che hanno votato Grillo? Molti!!! Aspettiamo con le analisi, ho sentito tante di quelle opinioni…..che sono diventata prudente. Silva

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s