Roumanie : un passage de l’An paisible avant les futurs orages électoraux

La Roumanie termina l’année 2014 dans des conditions difficiles malgré l’élection triomphale autant que surprenante d’un nouveau président, Klaus Johannis, avec un million de voix d’avance. Le perdant, premier ministre en place, refusa en effet de quitter son poste bloquant du même coup toute velléité de renouveau institutionnel. On assista pendant toute l’année à d’innombrables escarmouches subies avec patience par Johannis qui parvint tout de même à faire progresser deux dossiers, la justice (en apportant un soutien déterminé à la lutte contre la corruption) et les relations extérieures, son domaine réservé (à la mode française).

Ce qu’un million de bulletins de vote ne seront pas parvenus à obtenir en novembre 2014, le tragique incendie du Club Colectiv, salle de concert installée dans une ancienne usine (63 morts, près de 200 blessés assistants à un concert rock) le réalisera en quelques jours en novembre 2015 en lançant des dizaines de milliers de manifestants dans les rues des grandes villes aux cris de : – La corruption tue ! Victor Ponta, le vaincu de 2014, jeta enfin l’éponge et son gouvernement s’en alla.

Le président Johannis qui n’attendait que cela le remplaça rapidement et habilement par un gouvernement de « technocrates », en réalité des personnalités étrangères aux partis. A la tête du ministère, il nomma Dacian Cioloş, un agronome qui fut pendant 5 ans commissaire européen à l’agriculture dans l’équipe Barroso. Mais Ponta ne s’en alla pas sans semer des cadeaux empoisonnés sous forme d’augmentations de salaires démesurées pour la fonction publique dont, par exemple, 25% pour le personnel hospitalier, 15% pour les enseignants, 10% pour les employés, etc. Au total quelque 13 milliards de lei (environ 3 milliards de CHF). Sans en assurer le financement bien sûr. De quoi couler l’équipage honni des technocrates !

Or l’année qui vient sera doublement électorale, au niveau local le printemps prochain, législatif en automne. Des élections qui s’annoncent d’autant plus difficiles que les grands partis sont malades, désorganisés, désorientés. Le malgoverno comme disent les Italiens les a rongés et plus personnes ne leur fait confiance. Les succès rencontrés par les juges anticorruption ont révélés des abus portant sur des dizaines de millions d’euros notamment dans le domaine des restitutions de propriétés séquestrées autrefois par les communistes. Toutes sortes de délits imputés à des ministres ou à de grands hommes d’affaires, ont été sanctionnés par de lourdes peines de prison. Par exemple : Ioan Nicolae, un des trois milliardaires en euros du pays, accusé d’avoir allongé un million d’euros pour la campagne présidentielle du candidat social-démocrate en 2009 pour qu’un de ses sbires soit nommé ministre de l’Economie a été condamné à 2 ans et demi de prison en avril dernier et il est toujours incarcéré. De nombreux anciens ministres sont à ce jour sous les barreaux pour plusieurs années. Cela suppose évidemment de solides rancunes dans des milieux influents.

Après les Fêtes, le pays va entrer en campagne électorale. Tant le président Johannis que le gouvernement Cioloş auront fort à faire pour maintenir le cap de la défense de l’Etat de droit et de la lutte contre la corruption.

Publicités

A propos gerarddelaloye

Journaliste et historien, vit entre la Suisse romande et la Transylvanie. Dernier ouvrage publié: "Les douanes de l'âme et autres chroniques roumaines", Ed. L'Aire (Vevey CH), 2016, 130 p.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s